Le développement des TER n'est pas incompatible avec la création d'une ligne TGV

Le Journal du Pays Basque

Le développement des TER n'est pas incompatible avec la création d'une ligne TGV longue distance "qui servirait à gagner du temps". Voici l'un des résumés possibles du débat public qui s'est tenu mercredi soir à Saint-Jean-de-Luz dans le cadre du projet ferroviaire Bordeaux Hendaye. Jean-Louis Carrère, responsable aquitain aux transports, a souligné cette idée, en même temps qu'il a annoncé les nouvelles orientations prises lundi dernier au sujet du transport ferroviaire régional.

Selon le vice-président du Conseil régional d'Aquitaine, l'offre des lignes TER va être augmentée pour inciter les gens qui circulent d'habitude en voitures à utiliser le transport public. L'augmentation de la fréquence des trains sera accompagnée par d'autres initiatives comme le renouvellement du matériel, le développement des dessertes, la modernisation des gares et la sécurisation des transports ferroviaire. La Région espère ainsi faire du TER un transport attractif aux éventuels usagers.

Un transport qui souhaite se développer aussi dans le transfrontalier. La fréquentation des lignes traversant la Bidassoa est en hausse depuis la mise en place du "pass basque" permettant de faire l'aller-retour de Bayonne à Donostia en utilisant le réseau SNCF et le Topo. Un topo qui a été très évoqué lors du débat en raison du grand nombre de voyageurs qu'il transporte par jour.

Côté public, Victor Pachon, représentant du collectif des associations écologistes CADE, a prévenu Jean-Louis Carrère sur le fait que l'offre ne fait pas augmenter à elle seule la demande, et que par conséquent plus de TER ne signifie pas plus de voyageurs. Il a cité comme exemple l'expérience des trains estivaux mis en place pour rendre service aux voyageurs se rendant aux plages. "Et je vous rassure, nous portons beaucoup de sympathie pour les TER", a-t-il dit, soulignant qu'à ce jour moins de 600 personnes utilisent ce service.

Concernant le Topo, Victor Pachon a rappelé que son tracé est urbain alors que celui de la ligne Hendaye-Bayonne "passe à côté de Biarritz et d'Anglet". Jean-Louis Carrère pense quand même que le TER souffre d'un déficit de cadence et que si le Topo a un tel succès c'est gràce à la fréquence. "Nos études nous montrent qu'il y a des possibilités d'augmenter le nombre de voyageurs.

Conseil des élus

Par ailleurs, en représentation du Conseil des élus, le conseiller bayonnais Jean-René Etchegaray a évoqué les études réalisées au sein de la démarche Pays Basque 2020. Il a annoncé que le Conseil ne prendra pas position sur le TGVavant la fin de l'année.

Etiqueta(s):