erantzun iruzkin honi

Une marche “deux en un” contre le projet de LGV

Cyrielle BALERDI | Le Journal du Pays Basque

Chaussures de marche, bâton, et couteau (pour le repas), les opposants à la LGV n’ont pas chômé pour le 14 juillet. Ils étaient environ 400 hier, à avoir pris la route dès 9h30 du matin depuis Ciboure et Biriatou pour marquer, via deux itinéraires respectifs d’environ six kilomètres, leur opposition au projet de ligne nouvelle. Le point de jonction, à Ibildox (en bordure de la route d’Ibardin à Urrugne), était prévu aux alentours de 13 heures pour le zikiro.

Après une heure de marche en direction de la route d’Ibardin, première halte pour le groupe parti de Biriatou. A la ferme Xalbat Baita, de grandes nappes ont été savamment disposées sur les mottes de paille, pour offrir un répit gourmand 100 % maison aux marcheurs en lutte. Un choix qui ne devait rien au hasard.

Ttotte Elizondo, exploitant d’un élevage d’ovins et caprins, et producteur de fromages et mamia, avec sa femme et son associée Pantxika Etcheto, est directement concerné par le tracé de la LGV. “Nous avons un troupeau de manex et un de chèvres de race alpine. D’après les plans, la ligne passerait juste à côté. Ça serait un marasme économique et un véritable massacre écologique. Pour nous, bien sûr, mais aussi pour le métier d’agriculteur. Une LGV, c’est trop de bruit et de stress pour permettre le pacage !”, regrette-t-il. Autour de lui, une quinzaine de tracteurs du village se sont rassemblés par solidarité. “Ils vont encadrer la suite de la marche”, explique Ttotte.

Près de l’enclos pour les chèvres, on retrouve quelques élus, venus apporter leur soutien à l’initiative. Comme plusieurs personnes de la municipalité, la maire d’Urrugne, Odile de Coral, a elle aussi adopté les chaussures de marche : “Il y a une belle cohésion. Disons que ça fait consensus, même à la mairie. Si tous les marcheurs ne sont pas ‘impactés’, ils se sentent néanmoins concernés et sont solidaires”. C’est le cas de Jacqueline, venue soutenir deux parents d’élèves de l’ikastola où sont fils est inscrit, et qui sont directement touchés.

Chacun à son rythme, entre amis ou en famille, les participants pourront ainsi apprécier tout au long du parcours balisé les méfaits potentiels de la LGV sur l’économie et l’environnement. “C’est aussi l’occasion de profiter d’un moment convivial et d’échanger entre nous”, confie la maire, visiblement satisfaite de la mobilisation.

Etiketa(k):

Erantzun

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Baimendutako HTML markak: <p> <sup> <blockquote> <img> <h1> <h2> <h3> <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <br /> <object> <param> <embed> <i> <span>
  • Lineak eta paragrafoak automatikoki egiten dira.

Formatu aukerei buruz informazio gehiago

CAPTCHA
Galdera hau pertsona bat zarela egiaztatzeko da, eta automatikoki sartzen duten Spam-a gelditzeko
  __   _______   ______                    
/_ | |__ __| |____ | /\
| | | | / / / \ _ __
| | | | / / / /\ \ | '_ \
| | | | / / / ____ \ | |_) |
|_| |_| /_/ /_/ \_\ | .__/
| |
|_|
Enter the code depicted in ASCII art style.