erantzun iruzkin honi

LGV : les chiffres ont été grossis, la saturation n’est prévue que pour 2030-2035

Le Journal du Pays Basque.

Des chiffres grossis, une prévision de saturation des voies repoussée à 2030-2035, et un tracé qui devrait être approfondi dès jeudi par le Comité de pilotage du Grand Sud-Ouest : voici les résultats sans concession du rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable présenté hier, dans l’enceinte de la sous-préfecture par M. Massini et M. Ceccaldi, le préfet, face à une vingtaine d’élus du département réunis pour l’occasion. Selon cette nouvelle étude, les chiffres annoncés en 2006 lors de la consultation publique auraient ainsi été “largement grossis” rapporte Marie-Christine Bessonart, maire de Saint-Pée-sur-Nivelle.

Sans nier ce retard dans les prévisions, M. Massini insistera cependant sur la hausse à venir du trafic destiné au fret, présentée comme “inévitable”, au regard de la reprise économique d’une part, et de la volonté de l’Etat espagnol de mettre ses voies aux normes européennes d’autre part. “Il faut se préparer à l’hypothèse selon laquelle il s’avérera nécessaire de construire une ligne nouvelle, à terme”, a-t-il expliqué. Jeudi prochain, le Comité de pilotage qu’il préside se penchera donc sur le tracé “dans sa totalité” tout en différant à plus tard les cas “particuliers” de “quelques portions” à la fin de l’année. “Il faut tenir compte des difficultés qui sont apparues sur les branches Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne où un certain nombre d’élus contestent l’utilité même de cette voie nouvelle”, a-t-il expliqué.

Après la lecture du rapport qui leur sera envoyé en propre dès demain, les élus pourront faire remonter leurs questions, observation ou critiques via le préfet “pour nourrir le dialogue”. “Nous ne leur avons pas caché qu’un tracé serait soumis au ministre d’ici la fin de l’année. Mais pour être tout à fait clair : cela ne veut pas dire ‘décider de faire une ligne nouvelle au Pays Basque’, mais, intégrer cette hypothèse dans le logiciel de tous les acteurs économiques de la région”.

L’empreinte du tracé final devant être pris en compte et “gelé” dans les plans locaux d’urbanisme (PLU) des communes ne devrait pas dépasser les 300 mètres de large (fonction de l’occupation du territoire), contre un kilomètre actuellement. “On ne peut pas laisser les gens dans l’incertitude indéfiniment”, a-t-il été expliqué. Pour l’heure, aucune date de travaux n’a été avancée, et, pour éviter que la question ne devienne un enjeu des élections sénatoriales, toute décision sera différée après cette échéance.

Etiketa(k):

Erantzun

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Baimendutako HTML markak: <p> <sup> <blockquote> <img> <h1> <h2> <h3> <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <br /> <object> <param> <embed> <i> <span>
  • Lineak eta paragrafoak automatikoki egiten dira.

Formatu aukerei buruz informazio gehiago

CAPTCHA
Galdera hau pertsona bat zarela egiaztatzeko da, eta automatikoki sartzen duten Spam-a gelditzeko
                 _              _             
| | | |
__ __ __| | __ __ | | __ __
\ \ /\ / / / _` | \ \ /\ / / | | \ \/ /
\ V V / | (_| | \ V V / | |____ > <
\_/\_/ \__,_| \_/\_/ |______| /_/\_\

Enter the code depicted in ASCII art style.