erantzun iruzkin honi

"Le dossier de la LGV n’a jamais été tranché et il sera tranché"

La nouvelle majorité socialiste, en place depuis trois semaines, rouvre aujourd’hui le débat sur la Ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique (LGV-SEA) au Parlement de Navarre. La session plénière permettra de clarifier la position des élus basques et béarnais sur la participation au financement du tronçon Tours-Bordeaux de la LGV SEA. A l’occasion de l’ouverture de ce premier dossier pour le nouvel exécutif, Le Journal du Pays Basque a interrogé son président, Georges Labazée. Dans l’opposition depuis son premier mandat en 1976, en tant que Conseiller général, le représentant du canton de Thèze a été chef de file du groupe de gauche au Parlement de Navarre. Aujourd’hui, il répond depuis un poste de responsabilité.

Le Journal du Pays Basque. G.T.

On vous a beaucoup reproché le manque de représentativité du Pays Basque dans le nouvel exécutif socialiste. Sur les quinze vice-présidents, trois sont Basques. Vous répondez que les électeurs en ont décidé ainsi, mais cela revient à dire que vous gouvernez pour les électeurs de gauche…

Ce n’est pas exact. Je suis le président de tous les habitants du département. Je ne suis pas là pour opposer une partie du département contre l’autre. Je ne m’engagerai jamais sur ce terrain. Là où je m’engage, c’est sur le terrain, dans le domaine de l’économie, de l’habitat, des solidarités, des collèges, de l’éducation. C’est ce que j’ai commencé à faire aux quatre coins du département. Dernièrement, j’étais à Biarritz, à Bayonne… à Anglet. ça, c’est ma façon de voir. Le reste est une polémique qui ne m’intéresse pas.

Vous êtes donc à la tête d’un exécutif majoritairement béarnais qui travaille sans distinction pour tout le département.

Les gens m’ont désigné ; ils m’ont désigné ! On a eu d’autres présidents béarnais avec François Bayrou. Je ne vous ai pas entendu faire les mêmes réflexions.

Il y avait sans doute plus de vice-présidents basques…

Peut-être parce qu’il y avait plus d’élus de droite au Pays Basque. Mais moi je suis l’élu de tout le département et c’est par mes actes que je prouverai que je suis à l’écoute de tout le monde.

Vous allez donc aborder les problématiques propres au Pays Basque dans l’Assemblée départementale. Vous connaissez le débat sur la reconnaissance institutionnelle. Allez-vous amener ce débat au Parlement de Navarre ?

Je constate que la réforme territoriale actuelle a fait disparaître toute référence au “pays” Pays Basque. Au niveau de notre formation politique, nous préparons l’Acte III de la décentralisation, pour 2012. C’est dans ce cadre-là et celui de la loi républicaine que toutes ces questions seront posées.

Pour l’instant pas de débat sur cette question au sein de l’assemblée territoriale ?

Pourquoi voulez-vous un débat, alors que personne ne me le demande ?

Les Conseillers généraux socialistes ne vous le demandent peut-être pas, mais la majorité des élus locaux sont pour un débat général sur cette question.

C’est vous qui le voyez comme ça. Pour l’instant, nous sommes avec une réforme territoriale telle qu’elle a été votée par le Parlement et il y aura notre réforme à nous. C’est dans le cadre de la loi républicaine que les choses seront débattues.

Pendant la campagne vous avez mis en avant des idées en faveur des jeunes, des solidarités. Quels projets concrets allez vous réaliser au Pays Basque ?

J’ai désigné le Conseiller général souletin Arnaud Villeneuve à la délégation pour la jeunesse. Nous sommes en place depuis trois semaines, il fallait d’abord nommer un référent. Arnaud Villeneuve est le plus jeune de l’Assemblée. Il sera chargé de mettre en place le programme sur la jeunesse.

Aujourd’hui, vous allez voter la participation du Conseil général au financement du tronçon Tours-Bordeaux, à hauteur de 79 millions d’euros. Dans un contexte de crise et de baisse de la taxe des mutations, est-ce une période appropriée pour engager le département de cette manière ?

C’est une obligation, à la demande du préfet de Région. On n’en est plus à la discussion ; il faut maintenant aboutir. Ce dossier n’a jamais été tranché et il sera tranché. Toute une série de collectivités s’est déjà prononcée ; les clés de répartition ne bougeront plus. Moi, je prends mes responsabilités et l’assemblée prendra les siennes pour voter ce dossier.

Sans compensation ?

Les compensations y sont. Il y a 60 millions pour la Pau-Oloron ; des discussions sont engagées avec le ministère des Transports, par exemple.

Est-ce que la réciprocité du financement pour le tronçon Bordeaux-Hendaye est assurée dans la convention ?

Des règles ont été fixées ; ce n’est pas moi qui les ai fixées. On va être tenus de les prendre en considération. Les liaisons Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Hendaye sont une prochaine étape. Aujourd’hui, nous devons régler la question du financement de Bordeaux-Tours, et là je prends mes responsabilités.

Que répondez-vous aux personnes qui vous reprochent de vous aligner sur Alain Rousset, président de Région socialiste. Défendez-vous vraiment les intérêts de ce territoire ?

Alain Rousset ne m’a pas dicté la position à prendre au niveau du Conseil général. Là, je défends les intérêts du département 64. Jean Castaings avait fait du bon travail et je prends le relais.

Réseau Ferré de France (RFF) a interrompu tous les sondages et études sur le terrain suite à la forte opposition à la nouvelle LGV. Quelle est votre réaction ?

Ce n’est pas moi qui dicte les décisions à RFF. L’Etat a pris cette décision, moi je prends acte.

Allez-vous prendre en compte cette situation ?

Je suis bien obligé de prendre en considération tout ce qui se passe. Ensuite, chacun doit prendre ses responsabilités. Le Conseil général n’est pas RFF.

On dit aussi que tous les socialistes du Pays Basque ne vous suivent pas sur ce dossier. Il y a l’exemple de Kotte Ecenarro qui a signé la pétition contre une nouvelle ligne.

Les socialistes ne sont pas monolithiques. Il avait exprimé sa position et je la respecte. Ensuite, il y a la décision collective. A droite, c’est pareil ou pire.

Etiketa(k):

Erantzun

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Baimendutako HTML markak: <p> <sup> <blockquote> <img> <h1> <h2> <h3> <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <br /> <object> <param> <embed> <i> <span>
  • Lineak eta paragrafoak automatikoki egiten dira.

Formatu aukerei buruz informazio gehiago

CAPTCHA
Galdera hau pertsona bat zarela egiaztatzeko da, eta automatikoki sartzen duten Spam-a gelditzeko
  _   _   ______   _______    _____    ___  
| \ | | | ____| |__ __| / ____| / _ \
| \| | | |__ | | | | __ | (_) |
| . ` | | __| | | | | |_ | \__, |
| |\ | | | | | | |__| | / /
|_| \_| |_| |_| \_____| /_/

Enter the code depicted in ASCII art style.