erantzun iruzkin honi

LGV : A.Rousset favorable à faire payer davantage le trafic routier

Le Journal du Pays Basque. S.V.

Le président du Conseil régional d'Aquitaine, Alain Rousset a interpellé, par communiqué, le secrétaire d'État au transport, Dominique Busseraud, sur la nécessité d'intégrer au plan de relance de l'économie des grands chantiers d'infrastructures de communication tels que la LGV Sud Europe Atlantique.

Rappelons peut-être qu'à l'image de la CABAB qui a décidé de reporter son vote d'adhésion au plan de financement de la LGV à fin janvier, les collectivités locales restent prudentes sur ce dossier.

«Solidarité nationale»

Pour Alain Rousset, «la situation particulière de nos régions du Sud Ouest doit pouvoir être prise en compte» par le plan de relance économique engagé par le gouvernement. Plan de relance qui «ne peut que s'appuyer sur les grands chantiers de communication» tels que la LGV Sud Europe Atlantique. Néanmoins, selon le Président de la Région Aquitaine.

Néanmoins, face aux problèmes liés «à des projets d'infrastructures qui ont tardé à être lancés et des difficultés de financement inhérentes à des territoires peu denses et excentrés, la solidarité nationale, plus que jamais doit être mise en oeuvre.»

Report modal

En citant l'exemple de l'élargissement de la rocade ouest de Bordeaux pour lequel le préfet d'Aquitaine vient de solliciter la Région, le département et la communauté urbaine, Alain Rousset explique que «les collectivités pourraient plus efficacement contribuer à un plan de relance en accélérant les chantiers qui relèvent de leurs compétences, sur la voirie locale ou sur les bâtiments scolaires, sous réserve qu'elles ne soient pas appelées simultanément à soutenir financièrement les opérations de l'État».

Aussi, concernant «cette impérieuse nécessité de décongestion de l'axe Atlantique», Alain Rousset souligne que la Région est favorable à «faire payer un plus juste prix au trafic routier en transit à travers le territoire pour favoriser le report modal». Un objectif qui serait alors «un signal fort à l'adresse des entreprises de travaux publics qui hésitent à s'engager dans un grand projet ferroviaire ainsi qu'à l'égard des collectivités locales partenaires».

Enfin, si Alain Rousset rappelle l'engagement d'Antonio Tajani «à étudier une augmentation de la participation prévue par l'Europe» pour l'axe Tours-Bordeaux, il «sait pouvoir compter sur une égale attention» de la part de Dominique Busseraud... À voir !

Etiketa(k):

Erantzun

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Baimendutako HTML markak: <p> <sup> <blockquote> <img> <h1> <h2> <h3> <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <br /> <object> <param> <embed> <i> <span>
  • Lineak eta paragrafoak automatikoki egiten dira.

Formatu aukerei buruz informazio gehiago

CAPTCHA
Galdera hau pertsona bat zarela egiaztatzeko da, eta automatikoki sartzen duten Spam-a gelditzeko
              ___    _             ______
/\ / _ \ | | |___ /
/ \ | (_) | | | __ __ __ / /
/ /\ \ > _ < | |/ / \ \/ / / /
/ ____ \ | (_) | | < > < / /__
/_/ \_\ \___/ |_|\_\ /_/\_\ /_____|

Enter the code depicted in ASCII art style.